Các bài báo (Les articles)

Saïgon-Marseille aller simple : le récit d’une page d’histoire oubliée

Quelque temps après, journaliste à Libération, j’entendis par hasard parler « d’Indochinois » ayant servis à la relance de la riziculture en Camargue, en 1942. J’enquêtai et découvris des fils, que je remontai en France, puis au Viêt-Nam. Je réussis ainsi à retrouver encore en vie vingt-cinq de ces anciens témoins d’une histoire si longtemps enfouie. En 2009, mêlant témoignages et documents d’archives, je publiai l’histoire de ces hommes aux éditions Actes Sud : Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France (1939-1952).

A ce moment-là, il restait quelques anciens travailleurs indochinois que je n’avais pas encore eu la possibilité de rencontrer, dont Nguyen Van Thanh. Six mois plus tard, à l’occasion d’une émouvante journée d’hommage que la municipalité d’Arles organisa en leur honneur, le 10 décembre 2009, je fis la connaissance du vieil homme, toujours très discret.

Je découvris que nous habitions à proximité l’un de l’autre. Nous nous revîmes souvent. Mais il fallut que j’attende encore de très longs mois avant que Thanh me glisse qu’il avait entrepris d’écrire ses mémoires et que, au bout de dix ans, son travail était maintenant achevé. Je lui demandai la permission de lire son texte. Il accepta.

En parcourant les lignes rédigées par ce vieux monsieur, mon émotion fut immense. Non seulement je recueillais de très nombreuses informations que je ne connaissais pas, mais la façon de raconter de ce jeune auteur de quatre-vingt-dix ans, à la fois tellement sincère et passionnante, rendait la lecture absolument captivante.

Nguyen Van Thanh possède en effet une capacité innée à placer avec intelligence son histoire individuelle dans celle, plus vaste, du Viêt-Nam et de l’immigration asiatique en France.

Au-delà des tribulations romanesques de ce fils de l’élite vietnamienne à travers le XXe siècle, Saïgon-Marseille aller simple permet au lecteur une plongée passionnante dans l’Indochine des années 20 et 30, dans la France des camps des années 40, puis dans la vie des ouvriers de banlieue parisienne au cours des Trente glorieuses.

Avec, en toile de fond, les terribles violences subies par le peuple vietnamien, au cours de ses deux guerres d’indépendance, contre les Français (1946-1954), puis contre les Américains (1959-1975).

Mais le livre de Nguyen Van Thanh possède un intérêt supplémentaire : tous ces chapitres d’histoire nous sont racontés, pour une fois, à travers l’autre regard, celui de l’ancien colonisé. Que nous sommes loin, dès lors, de ces récits nostalgiques d’une Indochine soi-disant si belle et envoûtante, et aujourd’hui disparue !

Convaincu que ce récit possédait une immense valeur de témoignage historique et humain, je demandai à Thanh la permission d’essayer de trouver un éditeur susceptible de diffuser son texte. Un seul essai suffit. Touché lui aussi par la force que dégagent les mots de Thanh, le directeur des éditions Elytis accepta immédiatement de publier ce manuscrit.

Un manuscrit que j’ai relu, et dont je n’ai quasiment pas changé un seul mot. Mes seules interventions consistèrent, avec l’autorisation de Thanh, à supprimer certains passages décrivant des péripéties familiales trop anecdotiques pour un large public. Et à faire passer de nombreux verbes de l’imparfait au passé simple, et inversement. Personne n’en voudra à un vieil homme de quatre-vingt-dix ans, de langue maternelle vietnamienne, d’éprouver quelques difficultés à maîtriser l’emploi différencié de ces deux temps dans la langue française…

Ce texte est maintenant imprimé. Il est devenu un livre. Je sais d’avance qu’il touchera immédiatement le cœur de tous les enfants et petits-enfants des anciens travailleurs indochinois, qui auront l’impression troublante, en écoutant la voix de Thanh, de reconnaître celle de leur père ou grand-père.

Car presque aucun d’entre eux n’a eu la chance de recevoir un tel texte en héritage. Ni un texte, ni même un récit oral : par un processus propre à la fois aux relations familiales vietnamiennes, et aux personnes victimes de certaines souffrances, les anciens travailleurs indochinois ont très peu raconté leur histoire à leurs enfants.

Mais au-delà, à l’heure où la société française s’interroge sur son passé colonial et sur ses éventuels « aspects positifs », le livre de Nguyen Van Thanh montre de façon concrète et détaillée, loin de toute polémique, les conséquences de cette présence étrangère dans son pays.En plus d’être un formidable outil de transmission de mémoire, Saïgon-Marseille aller simple constitue, de la part de Nguyen Van Thanh, un magnifique hommage à ses 20000 anciens compagnons, ses compatriotes, ses frères.

Thảo luận

Không có bình luận

Trả lời

Điền thông tin vào ô dưới đây hoặc nhấn vào một biểu tượng để đăng nhập:

WordPress.com Logo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản WordPress.com Đăng xuất /  Thay đổi )

Google photo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Google Đăng xuất /  Thay đổi )

Twitter picture

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Twitter Đăng xuất /  Thay đổi )

Facebook photo

Bạn đang bình luận bằng tài khoản Facebook Đăng xuất /  Thay đổi )

Connecting to %s

Trang web này sử dụng Akismet để lọc thư rác. Tìm hiểu cách xử lý bình luận của bạn.

%d người thích bài này: